Un regard personnel sur le web

D’un coté les progrès structurant de l’informatique rendent chaque jour plus crédible une autre manière de produire, de travailler et de vivre. De l’autre nous confions les responsabilités à des défenseurs inconditionnels de l’informatique au service de Big Brother.

Dans bien des pays on a parfaitement compris que les progrès des technologies ouvraient d’immenses possibilités en matière d’organisation du travail, d’aménagement du territoire et de démocratie. En France au contraire les grands partis sont en phase pour considérer l’informatique comme un simple outil de merchandising et il est clair que nous venons d'en reprendre pour cinq ans.

Désireux de promouvoir l’idée de saisir les opportunités de la démocratisation de l’informatique pour dynamiser les économies locales, je viens de faire une recherche sur « économie numérique gouvernement français », histoire de voir où on en était. Voilà le résultat. C’est malheureusement on ne peut plus clair, voter pour Montebourg, c’est voter pour Facebook et Twitter ; c'est mettre nos impôts au service des réseaux sociaux !

c’est plutôt comme cela que je vois les choses.

Ecrit en mai 2012.